CRJ : Le premier “gros avion d’Aerosoft” bientôt dans MSFS – Entretien avec Mathijs Kok

Le Bombardier Canadair Regional Jet 550/700 – en abrégé CRJ – d’Aerosoft sera disponible à l’achat pour Microsoft Flight Simulator 2020 dans quelques jours. La date prévue est normalement fixée au 16 mars 2021. Nous n’avons pas manqué l’occasion de poser quelques questions au chef de projet Mathijs Kok d’Aerosoft sur le CRJ et son développement.

Quelle a été la raison de la décision de commencer avec le CRJ comme “premier avion complexe” d’Aerosoft dans MSFS? Pourquoi pas avec les Airbus et quand pouvons-nous nous attendre à cela?

Bien qu’assez complexe et certainement l’add-on le plus avancé pour MSFS à ce jour, un CRJ est un avion moins compliqué qu’un A320. Le code était également mieux adapté à la conversion. Dernier point mais non le moindre, le codeur principal est Hans Hartmann, et il est très bon dans ce genre ou ces transitions. Il a des décennies d’expérience.

Je suis sûr que vous avez fait du vol virtuel dans P3D et aussi MSFS. En quoi l’expérience de vol est-elle différente, en particulier avec le CRJ? Qu’est-ce qui est sensiblement différent en termes de modèle de vol?

C’est une impression un peu personnelle, mais je trouve que l’ensemble de l’expérience est plus «naturelle» et moins prévisible. Bien que n’ayant aucune expérience avec les avions de ligne, ma propre comparaison entre piloter un petit avion en P3D et MSFS est absolument en faveur de MSFS. Certes, lorsque le modèle de vol est réalisé par un expert comme Alexander Metzger. Il a beaucoup travaillé avec nos amis d’Asobo.

Quelle est la différence de développement entre MSFS et P3D? Était-ce un grand changement?

Oui et non. Dans le codage (donc les systèmes), il n’y a pas une énorme différence, c’est juste que vous devez parler à différentes interfaces, utiliser différentes variables. Une plate-forme différente mais la complexité est à peu près la même. Dans les modèles de vol, je pense que plus ou moins la même chose peut être dite, différentes options, différents problèmes, différentes et nouvelles opportunités mais pas beaucoup plus complexes. Dans la modélisation, la texturation et les animations, les choses sont TRÈS différentes, nous sommes passés des normes de 1990 à la modélisation de jeux entièrement modernes.

Les avions de ligne MSFS sont très instables autour de l’axe longitudinal et ont une poussée excessive irréaliste. Avez-vous corrigé ce problème sur le CRJ?

L’inertie autour de tous les axes est adaptée au comportement de vol réel du CRJ et le vol est très confortable avec les réglages par défaut du MSFS – sensibilité à – 30%.

Les jets MSFS ont du mal à rouler au sol (très grand rayon de braquage) est-ce mieux mis en œuvre sur le CRJ?

La direction correspond approximativement au comportement réel du CRJ, de sorte que l’on peut très bien rouler même à partir de positions de stationnement serrées. Il n’y a pas de fonction de barre franche dans le MSFS, nous devons donc effectuer tous les mouvements de direction avec les pédales. Par conséquent, il est recommandé de régler la courbe de sensibilité à -50 afin que lors du roulage et de l’accélération sur la piste, la réponse à l’action du gouvernail soit un peu plus douce.

Le pilote automatique de l’Aersofot CRJ est-il révisé ou dans quelle mesure est-il basé sur lepilote automatique MSFS standard? Est-ce que les modes VNAV, D-TO etc. sont bien implémentés?

Quelle est l’étendue du MCDU? Pouvez-vous créer vos propres points de passage et insérer des cercles de distance VOR? Existe-t-il un calcul des performances de décollage (également avec calcul d’une piste raccourcie)?

Le MCDU est complet à l’exception de quelques fonctions. Cela inclut les waypoints personnalisés et les cercles de distance VOR. Un calcul des performances de décollage est disponible, y compris les calculs de piste contaminée (mouillée ou enneigée). Les données pour le décollage sur terrain court ne sont pas encore disponibles.

Vous aviez posté de superbes photos de prévisualisation avec beaucoup de détails, je me souviens qu’il y a des photos détaillées de vis et de tubes de Pitot. Un modèle aussi détaillé n’est-il pas impactant sur la fluidité ? Comment avez-vous trouvé un bon équilibre?

Non, les options graphiques modernes (surtout l’utilisation de «décalcomanies») permettent de rendre le texte de quelques mm de hauteur lisible sans avoir à faire tout l’appareil dans une résolution folle. En fait, l’avion de base a une texture 2k et c’est largement suffisant. Ainsi, la charge de texture globale est similaire à celle du même avion dans P3D tout en étant bien plus efficace. Le moteur graphique lui-même est également extrêmement rapide et peut gérer de nombreux polygones.

Avec la démarche de publier à l’avance une sorte de tutoriel via un streamer YouTube (The Dude), Aerosoft a pris un nouveau chemin courageux. Les nombreux clics et réactions semblent vous donner raison. Comment cela est-il arrivé et sera-t-il également disponible pour les futurs produits?

En fait, c’est une très bonne question. Vous voyez, ces dernières années, presque tous les constructeurs d’extension ont déjà créé des add-ons pour X-Plane et P3D. Maintenant, ces utilisateurs sont presque tous des simmeurs assez purs et durs qui ont beaucoup d’expérience.

Mais MSFS est un simulateur complètement différent dans cet aspect. Microsoft nous a dit à tous, il y a de très nombreux mois, que MSFS était installé sur 1,2 million de systèmes, je suppose que c’est beaucoup plus maintenant. Maintenant, en parlant de P3D, nous estimons (et c’est vraiment une supposition sauvage) que nous visions 30 000 clients potentiels. Tous les clients qui sont prêts à investir dans le passe-temps, mais les chiffres sont tout de même très différents.

Il est donc clair que nous aurions affaire à un grand nombre de clients qui avaient très peu d’expérience. Ainsi, nous avons décidé que nous aurions non seulement besoin de leur vendre l’avion, mais aussi les connaissances nécessaires pour le piloter, une partie du produit. Donc, nous avons beaucoup de manuels, il y aura beaucoup de vidéos, mais au cœur de tout cela se trouve le tutoriel. Sous forme écrite et ce que fait TheDude en vidéo. Nous aurons également deux personnes avec peu d’expérience en vidéo sur la façon dont elles gèrent les tutoriels. Nous avons également préparé de nombreuses sections de forum, de nombreux amis qui nous aideront.

Et nous prévoyons certainement de faire quelque chose de similaire pour nos autres versions d’avions, maintenant que nous avons vu ce que les utilisateurs potentiels pensent de ces guides.

Y aura-t-il un copilote virtuel?

Non, pas prévu pour cette édition.

Que se passera-t-il réellement après la sortie du CRJ? Que pouvez-vous dévoiler ? 🙂

Notre plan de sortie est de mettre en œuvre les CRJ 900 et 1000 assez rapidement, après quoi nous nous concentrerons d’abord sur le Twin Otter. Bien entendu, dès que le simulateur proposera de nouvelles options, nous les intégrerons dans les plus brefs délais. Dans le même temps, nous avons une équipe de développement complète qui travaille sur nos Airbus.

Un grand merci à Mathijs Kok et Vanessa Quandt pour cette interview!

1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
AEROSOFT: SimFlight Interview Mathjis Kok – TAKE OFF FRANCE
6 mars 2021 11 h 42 min

[…] Vous pouvez retrouver l´article complet ICI ou le retrouver ci-dessous. Je cite: […]